Birmanie
Créez votre voyage

A ne pas manquer

Les arts traditionnels de la scène birmane tirent leur force de l’incroyable richesse des légendes qu’ils racontent comme de la profonde originalité des rythmes, mélodies, gestes de danse et répertoires.

N'hésitez pas à allez voir les spectacles de danses « humaines », et le théâtre de marionnettes, très proches dans leur esthétique !

Les marionnettes ou l’illusion de la vie (Yok Thei)

Ayant eu, dès le XVe siècle, le privilège d’éduquer les hommes à la danse avant que ceux-ci ne la toisent sur les tréteaux, la marionnette tient une place considérable dans l’esthétique des arts de la scène birmane. Par l’inestimable richesse de ses parures, soies et bijoux et le raffinement de sa facture, elle a laissé une forte empreinte sur le théâtre, la danse et le rituel birman.

Autrefois actionnés par plus de soixante fils, ces êtres miniatures parviennent à des exploits surhumains et parfois aussi nous fascinent par leurs tours comiques. Démons, ogres, princes, animaux mythiques et magiciens se succèdent en un sortilège de tableaux en musique dont on ressort émerveillé…

Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
Créez votre voyage
    Jeune danseur birman
    Jeune danseur birman

    La danse

    La danse classique birmane anyeint est apparue à la période Innwa (1.300 après J.-C.) et a su conserver une incroyable actualité grâce aux spectacles populaires Zat-pwe, enchaînant pièces de théâtre, intermèdes bouffons, joutes verbales, danses et chansons. Elle se compose de 125 pas fondamentaux, base de l’apprentissage, rassemblés dans la chorégraphie gabyalut.


    Les danses masculines à la souplesse acrobatique, mettent en valeur l’éclat de parures princières quelque peu féminines, transformant les danseurs en des poupées dorées et lunaires, aux lèvres glacées, aux joues fardées, abondamment parés de perles et de soieries !


    Très tôt aguerris à la désarticulation spectaculaire des membres, coudes et genoux, chevilles et poignets, torsions et sauts parfois vertigineux, les danseurs birmans semblent avoir emprunté aux danses indiennes leur puissance rythmique et narrative et aux danses thaïes la suavité du geste, la subtilité de la posture et le glaçage « glamour ».

    Les danses racontent l’amour légendaire du couple princier Mintha et Minthami (prince et princesse), les mythologies fondatrices (Zawgyi le magicien…) ou encore des tableaux tirés du Ramayana birman.  

    Voyage en direct

    Recevez un devis gratuit sous 48 heures.

    Exemples de voyages à personnaliser