Birmanie
Créez votre voyage
    Les Rohingya
    Les Rohingya

    Un peuple persécuté

    Originaires de l’Arakan, état musulman au Sud-Ouest de la Birmanie, migrants musulmans venus du Bangladesh pendant la période coloniale ou fils de commerçants et soldats arabes, mongols, turcs, bengalis et même portugais, l’identité des Rohingya est toujours controversée. Ils parlent une langue indo-aryenne, proche du bengali.

    Au XIXe siècle, pendant l’ère coloniale, ils sont d’abord employés comme ouvriers agricoles. Plus tard, l’envahisseur japonais et les Birmans auraient tué plus de 100.000 Rohingya et en auraient déporté 22.000 vers l’Inde.

    Victimes d’une politique systématique de purification ethnique, de nombreux Rohingya fuient vers le Bangladesh dans les années 70 puis 90, où ils sont rassemblés dans des camps de réfugiés. Destitués de leur nationalité en 1982, sans citoyenneté, exclus du système éducatif, interdits de circulation, victimes d’un véritable apartheid, les Rohingya sont apatrides et n’ont aucun droit.

    Aujourd’hui 800.000, les Rohingya sont considérés par les instances internationales comme l’une des minorités les plus persécutées au monde, comme les « Roms de l’Extrême-Orient ». 

    Les affrontements de 2012

    Depuis 2012, des affrontements plus significatifs sévissent entre Rohingya musulmans et Arakanais bouddhistes, causant la mort de plusieurs centaines de personnes et le déplacement de près d’une centaine de milliers de Rohingya, qui tentent de fuir vers le Bangladesh.

    Aucun espoir visiblement n’est à attendre du côté du gouvernement birman, d’Aung San Suu Kyi, ni même de la population. Plus grave, il semblerait qu’une faction de la communauté monastique bouddhiste (mouvement 969 mené par le moine Wirathu), extrémiste et islamophobe, ait eu un effet d’entraînement sur les populations lors de ces événements.

    En juillet 2013, les Rohingya tentent d’intercéder auprès de François Hollande pour que celui-ci fasse pression sur Thein Sein, alors en visite en France, sur des dossiers essentiellement économiques. En vain.

    Sophie Ansel, journaliste spécialiste des Rohingya explique : « La haine qui explose aujourd’hui et qui s’abat contre les musulmans est à la hauteur de la frustration et de la douleur accumulées par des décennies de dictature. Les Birmans musulmans sont les boucs émissaires cibles sur qui se déverse cette frustration. »

    Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
    Créez votre voyage
    Voyage en direct

    Recevez un devis gratuit sous 48 heures.

    Exemples de voyages à personnaliser