Birmanie
Créez votre voyage
    Fusion des drapeaux chinois et birmans
    Fusion des drapeaux chinois et birmans

    Les Chinois en Birmanie

    Outre les nombreuses guerres qui jalonnent l’histoire des deux pays, les relations entre la Chine et la Birmanie demeurent plutôt ambiguës.

    Les Chinois seraient 300 000 et représenteraient 2 % de la population birmane (30 % à Mandalay). Ils sont propriétaires de grands hôtels et restaurants, détiennent le marché de l’or, font commerce de spiritueux… Ils traitent directement avec les ethnies pour l’exploitation de certaines ressources naturelles comme l’hévéa. Selon l’agence Xinhua, la Chine a investi 8,17 milliards de dollars en Birmanie en 2010.

    Une certaine forme de sinophobie chez les Birmans s’est trouvée renforcée en raison des tentatives d’expansion économique de la Chine.

    La Chine complice de la dictature birmane

    Pendant de nombreuses années en effet, la Chine a soutenu le régime dictatorial birman :

    • en vendant des armes à la junte
    • en apposant son veto, empêchant toute action de l’ONU en faveur des droits de l’homme
    • en s’assurant que la pression internationale était étouffée par la diplomatie chinoise

    En contrepartie, la Chine était prioritaire sur les contrats gaziers et pétroliers particulièrement lucratifs, ce qui a permis à la junte birmane de ne pas subir les embargos internationaux sur ses principales ressources

    Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
    Créez votre voyage

    Les nouveaux investissements chinois

    La bataille pour l’énergie : en mai 2007, la junte birmane a signé un accord avec la China Power Investment Corporation pour la construction de sept barrages hydroélectriques, dont le barrage de Myitsonesur le haut-cours de l'Irrawaddy, et deux autres rivières de l'État Kachin.

    Ce barrage a été très controversé, pour des raisons écologiques (jusque dans le Delta de l’Irrawaddy, grenier à riz du pays) et sociales et le projet a finalement été abandonné pour des raisons géologiques en septembre 2011.

    Pékin voit également dans son voisin occidental le plus court chemin pour accéder à l’Océan Indien. La construction d’un oléoduc de 1100 km entre la baie du Bengale et le Yunnan permettra d’acheminer le brut du Moyen-Orient sans faire le détour et de fournir du gaz à la Chine pendant au moins trente ans !

    La Chine bénéficie enfin des revenus de l’exploitation massive de la forêt du Nord-Est du pays par des entreprises chinoises. 

    Voyage en direct

    Recevez un devis gratuit sous 48 heures.

    Exemples de voyages à personnaliser