Birmanie
Créez votre voyage
    Peter Maurer, Président de la Croix-Rouge
    Peter Maurer, Président de la Croix-Rouge

    Une aide tout juste tolérée

    La communauté internationale (ONG, Nations Unies, pays) agit dans 3 domaines principaux en Birmanie : la santé (catastrophes naturelles, VIH, paludisme), la nutrition, la démocratie et les droits de l’homme (conflits ethniques, prisonniers politiques, liberté d’expression, protection de l’enfance…).

    En 2004, lors du tsunami, le gouvernement avait d’abord refusé l’aide étrangère, voyant celle-ci comme une intrusion étrangère difficilement maîtrisable. Aussi, malgré l’urgence de la situation, les demandes d’autorisation des ONG sont étudiées au compte-gouttes par le Ministre birman du « Bien-Etre social ». Quelques ONG seulement ont pu déployer leur programme d’aide comme World Vision mais la tâche est immense du fait du difficile accès aux sites et des problèmes de communication. Les agences humanitaires des Nations Unies peinent également à intervenir. Les incitations des chefs d’état étrangers et des diplomates n’y font rien. 

    Un retrait temporaire

    Découragés par les résistances de la junte et la complexité des démarches pour l’obtention des autorisations accrue par le déplacement kafkaïen de la capitale à Naypidaw, plusieurs ONG décident de se retirer du pays en 2005.

    En 2008, le passage du cyclone Nargis très dévastateur fait près de 50.000 morts dans le Delta de l’Irrawaddy, le grenier à riz de l’Asie. La junte, toujours frileuse et jalouse de sa souveraineté, peine à accepter l’aide internationale et l’entrée de travailleurs étrangers sur son territoire. L’état sanitaire s’empire avec des risques d’épidémies (empoisonnement des eaux par les cadavres) et de famine (difficile acheminement de vivres).

    Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
    Créez votre voyage
      Après le cyclone Nargis
      Après le cyclone Nargis

      Le retour des ONG et la contribution française

      Avec la relative ouverture démocratique du pays suite aux élections de 2010, plusieurs ONG ont réélu domicile en Birmanie. La France a également considérablement augmenté ses budgets de coopération en 2008 puis en 2012 : l’enveloppe a triplé afin de couvrir les besoins en matière d’aide alimentaire, de formations médicales, d’aide d’urgence apportée par des ONG françaises (Fonds Social de Développement) et de financement de projets d’ONG birmanes. 

      Quelques ONG françaises présentes en Birmanie : Aide médicale internationale, Croix Rouge Française, Médecins du Monde, Action contre le Faim, Collectif Aung San Suu Kyi France, Reporters Sans Frontières, Terre des hommes…

      Voyage en direct

      Recevez un devis gratuit sous 48 heures.

      Exemples de voyages à personnaliser